L’événement masque difficilement les maux profonds du football argentin. Lionel Messi a signé un triplé qui envoie l’Argentine au Mondial 2018. Dans la moiteur de Quito et ses 2 850 mètres d’altitude, il a d’abord, comme les autres, été la Tempête – Le Triple – Le Triple spectateur d’un scénario catastrophe.

Le but équatorien inscrit après moins d’une minute de jeu laissait augurer du pire. J’ai sérieusement pensé à laisser tomber, mais j’aime trop mon pays et ce maillot. L’image est d’autant plus symbolique que l’histoire entre Messi et sa sélection n’a pas toujours été idyllique, loin de là. Longtemps, le Barcelonais fut accablé de nombreux reproches. Celui de n’avoir jamais évolué dans le championnat national. Celui de n’avoir longtemps pas su se comporter comme le guide de la sélection qu’il n’aspirait pas forcément à être.